dimanche 4 mai 2014

TEDx Rue Remusat : Vers un monde (pratiquement) sans taxe

Hier j'ai donné une conférence TEDx à Toulouse! J'ai été l'un des 15 conférenciers dans un après midi passionnant organisée par un bande de jeunes. Je les remercie vivement pour leurs efforts - et plus particulièrment Sophie Guerandel and Théophile Pajot. Grâce à eux, j'ai pu présenté devant un publique très sympa l'idée que j'ai éu en 2010 - une idée qui, a mon avis, pourrait transformer le monde en remplaçant carrément notre système de taxation actuel par un système simple, juste et intelligent.

En effet, c'est essentiellement l'idée que j'avais eu en aout 2010, et qui a été le point de départ de ma passion pour l'économie qui persiste toujours.

Mais il faut dire que je n'ai jamais eu la possibilité de parler en direct devant un groupe de gens vraiment naïf. Jusqu'ici, les seules personnes à qui j'ai parlé étaient mes proches - famille et amis. Et il faut dire que l'expérience n'a guère été encourageant. Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi.

Mais hier, c'était totalement différent. J'avais une bonne centaine de personnes devant moi. Et j'ai vraiment réussi à les intéresser. Les applaudissements à la fin de ma présentation de 14 minutes étaient enthousiastes. Il semble que ma présentation a frappé plus d'un.

Il va falloir attendre deux, trois semaines avant que le vidéo de ma présentation puisse être vu sur le web. Mais, en attendant, je vous livre le texte de mon discours. En effet, si j'ai l'habitude d'improviser la plupart de mes présentations - même en français - pour celle-là, je voulais vraiment ne pas le rater. J'ai donc tout écrit à la main. Et j'ai du en enlevé un bon tas pour faire passer l'essentiel en juste 14 minutes - un défi énorme, vu la quantité de choses que je voulais dire!

Donc, voilà mon texte. Bon, ca a été un peu transformé par le directe... mais l'essentiel est là.  
Bonjour

Je m'appelle Simon Thorpe, 57 ans, directeur de recherche au CNRS, et le directeur du Centre de Recherche Cerveau et Cognition à Toulouse. Mais je ne vais pas vous parler de ça.

Je veux vous parler d'une idée que j'ai eu en 2010 – une idée qui pourrait complétement transformer notre système de taxation – une idée qui, à mon avis, mérite diffusion – "an idea worth spreading".

D'abord, regardons le superbe système de taxation que nous subissons aujourd'hui.  Qui paie quoi?
Si on divise l'économie en trois grands composants – nous les citoyens, les entreprises, et le secteur bancaire, on voie qu'une grande partie des taxes tombe sur les citoyens. La plus importante composante est les cotisations sociales, suivis par la TVA, la CSG puis l'impôt sur la revenue. Ensuite il y a un tas d'autres taxes plus petites.

Côté entreprises, on trouve de nouveau des cotisations sociales, et l'impôt sur les sociétés. Or, comme vous savez sans doute, l'impôt sur les sociétés n'est pas payé par toutes les entreprises – beaucoup de sociétés multinationales y échappent.

Enfin, le secteur bancaire ne paie pas grande chose.

En gros, les citoyens paient environ 66% des taxes, les sociétés environ 29% et le secteur bancaire peut être 5%.

Qui veut défendre notre actuel système de taxation? Peut être on pourrait faire mieux?

Je remplacerais tout le système actuel par une taxe universelle qui touche TOUTES les transactions électroniques – quelque soit leur nature.

L'introduction d'une taxe sur les transactions financières – la fameuse taxe Tobin – est une idée très à la mode. Soutenu par des gens comme Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, et le mouvement Robin Hood Tax, 11 pays de la zone euro essaient de mettre en place une telle taxe.

Mais, en générale, les gens voient ça comme un moyen de punir le secteur bancaire. Moi, je propose que l'on soit tous sujet à exactement la même taxe – que l'on soit citoyen, entreprise ou banque – et avec exactement le même taux.

Comment peut on taxer les transactions?

Lorsque un acheteur avec 100 euro et un vendeur avec un bien décident de faire un échange, il y a une transaction. Et je propose que, à ce moment là, une faible partie de la transaction – par exemple, 0.1% - 10 centimes – set récupéré par une organisation représenté ici par la banque centrale européenne.
Lorsque un employeur paie 100 euros à un employé pour faire un travail, il y a également une transaction et les même 10 centimes sont récupérés.
Lorsque deux traders décide d'échanger 100 euros pour 80 livres, il y a également une transaction qui génère 10 centimes de taxe.  Et comme la transaction implique aussi des livres, on peut imaginer que la banque d'Angleterre pourrait également récupérer un peu d'argent.

Bien sur, nous n'avons pas besoin de deux personnes physiques pour faire une transaction. C'est la même chose lorsque deux ordinateurs sont programmés pour faire des échanges.

L'important c'est que toutes les transactions soient traitées de façon identique.

Maintenant la grande question. Quelle est la valeur monétaire des transactions aujourd'hui.

Ce n'est pas trivial de trouver les bons chiffres, mais la BIS – Bank for International Settlements – compile des statistiques chaque année pour 23 pays – donc la France - et en ajoutant les chiffres pour la France en 2012 on obtient un total de 217 mille milliards d'euros.

Ils disent eux même que les chiffres ne sont pas censé être exhaustifs, et c'est particulièrement évident dans le cas du Royaume Uni. Ici je vous présente les chiffre depuis 2008, année ou le total a largement dépassé un million de milliard de livres. Mais depuis 2010 – les montants sont divisés par cinq.

C'est le résultat de la crise? Non – c'est tout simplement le fait que les chiffres pour un acteur très important – LCH.Clearnet Ltd – qui a fait £850 mille milliards de transactions en 2008 sont "nav" – not available – pas disponible depuis trois ans.

On se demande pourquoi ils sont "not available". Lorsque je suis allé sur le site de LCH Clearnet avant hier – j'ai trouvé ce tableau qui donne la valeur des transactions dans un seul des domaines où ils sont acteur – Interest Rate Swaps – et on trouve un total de $2316 milliard de transaction pour un seul jour – le 30 avril 2014.

Encore plus intéressant – on voit qu'environ 45% de ces transactions sont en euros – un total de plus de Mille milliards d'euro en une seule journée!

En fait, en regardant le site ce matin, j'ai vu que le vendredi 2 mai, ils ont fait encore plus fort – 1284 milliards d'euros!!

Mais il y a plein d'autres chiffres que l'on ne trouve pas dans les tableaux de la BIS.

Par exemple, il y a CLS Group – spécialiste dans le marché des changes, et qui semble être localisé nul part – qui annonce sur son site que, pendant le mois de mars 2014, ils ont fait $5.35 mille milliards de dollars de transactions par jour.

Ensuite, il y a EuroNext – spécialisé dans le marché des dérivés. En regardant leur site hier j'ai vu que bureau à Londres avait totalisé plus de  €1617 milliards d'euros de transactions en une journée – également le 30 avril 2014.

Sans être sur d'être complet, je peux démontré que en Royaume Uni, la valeur des transactions dépasse 2 millions de milliards de livres par an – c'est un 2 avec quinze zéros après. Et en zone Euro, le montant dépasse 2 millions de milliards d'euros par an.

Ces chiffres donnent le vertige. Mais ce qu'il est vraiment impressionnant est de comparer ces chiffres avec la somme de tous les revenus de toutes les taxes.

Au Royaume Uni, les taxes totalisent 667 milliards de livres par an. Ce chiffre est 3000 fois plus petit que les transactions financières.

En conséquence, si le gouvernement Britannique avait envie, il pouvait imposer une taxe sur les transactions à 0.033% et supprimer intégralement toute les autres taxe.

En zone Euro, l'ensemble des taxes existantes génèrent de revenus d'environ 4000 milliards d'euro. Mais malgré le fait que nos traders sont un peu moins frénétiques que à Wall Street ou dans le Cité de Londres, ce montant est néanmoins 500 plus petit que les transactions financières.

Il faut conclure que l'on pourrait remplacer toute nos taxes par une seule taxe sur les transactions de 0.2%.

Or on peut faire plus intelligemment.

Pour la mise en place du système, je  propose que la Banque Centrale Européenne doit fixer un taux pour tous les transactions en € - bien sur pour les 18 pays de la zone euro – mais aussi partout dans le monde!

Comme plus de 40% des transactions à Londres sont dénommé en Euros, ca va faire un sacré pactole pour la BCE.
Mais je trouve ça normale – après tout, les gens sont en train de spéculer avec NOTRE monnaie. Je ne vois pas pourquoi on doit se priver de mettre une petite charge dessus.

Bien sur, Chaque Banque Centrale doit fixer son taux – la BCE pour l'Euro, la Banque d'Angleterre pour le livre sterling, la Fed pour le dollar et ainsi de suite.

Chaque Banque Centrale pourrait ajuster continuellement son taux – pour garantir un certain niveau de revenus.

Dans le cas de la BCE, je propose que les revenus soient redistribués entre les 18 pays tout simplement en fonction de la population de chaque pays.

Je note que ce mécanisme donne aux Banques la possibilité de contrôler la quantité d'argent en circulation, ce qui va rendre le système monétaire beaucoup plus stable.

Pour l'instant, je n'ai parlé que de la Couche Internationale de la taxe. Mais une fois le mécanisme en place, il serait facile pour un gouvernement d'ajouter une couche au niveau national. Ainsi, le gouvernement Français pourrait ajouter un petit pourcentage supplémentaire pour taxer les transactions localisées en France. Et on peut faire la même chose au niveau Régionale voir Municipale.

Il y a énormément d'avantages d'un tel système de taxation par rapport à ce que l'on a aujourd'hui. Je vais vous en présenter 11 – et je vous laisse comme devoir à la maison d'en trouver les autres!

1) D'abord, c'est totalement juste! Tout le monde paie exactement la même chose – que l'on soit simple citoyen, un chef d'entreprise, ou trader. Personne n'est visé en particulier.

2) Ensuite, c'est totalement indolore! Vous ne pourrez voir que vous avez payé la taxe qu'en scrutant votre relevé bancaire.

3) Il y aura une simplification extrême pour tout le monde.  Imaginez – plus de feuilles d'impôts!

4) Pour les états, les frais de fonctionnement seront quasi nul – en effet, il s'agit d'ajouter une ligne de code dans le logiciel qui traite les transactions, et tout serait fait automatiquement.

5) Autre avantage – des changements de taux auront un effet immédiat. Le gouvernement pourrait avoir une augmentation de ses revenus le jour même!

Mais ce n'est pas fini.  Ce nouveau système veut également dire:

6) La fin des niches fiscales
7) La fin des lobbies  - on ne peut pas demander aux gouvernements de trafiquer le système de taxation pour favoriser tel ou tel group d'intérêts.

8) C'est également la fin des paradis fiscaux – a quoi bon cacher votre argent aux Iles Caïmans si vous pouvez le rapatrier en France et le dépenser librement

9) Enfin, c'est la fin de l'évasion fiscale.

10) Il y a un dixième avantage important que je ne peux pas expliqué en détail, mais un  tel système favorise l'économie locale

11) Enfin, et le plus important – Tout le monde y gagne (ou presque). Que vous soyez simple citoyen, le PDG d'une entreprise, ou un trader, vous allez être mieux si vous n'avez plus à payer 20% de TVA, et entre 20 et 50% d'impôts sur votre revenu.

Depuis que j'en parle de cette idée, j'ai entendu des critiques. Ici je vais vous en mentionné six… mais je peux vous dire d'avance qu'il n'y pas une qui est véritablement problèmatique.

1) D'abord, on me dit que si l'idée est si bonne, on l'aurait déjà fait.  Et ben non. Jusqu'à récemment, la plupart des transactions ont été fait avec des bouts de papier – et il y aurait été tout simplement impossible d'instaurer le système que je propose.

2) En suite, on me dit que ca ne marcherait pas parce que les traders iront ailleurs. Mais je m'en fou ou sont les traders – s'ils font de la spéculation avec nos euros – ils doivent payer – sinon c'est la prison.

3) On me dit que dès que l'on impose une taxe sur les transactions, toute l'activité va s'arrêter nette, et il n'y aura plus rien à taxer. Mais, même si 98% des transactions ne servent à rien, les transactions qui marcher de l'économie réelle vont continuer. Et
 si, à la fin, on soit obligé de payer quelques pourcent sur chaque transaction, on serait de toute manière en bien meilleur position qu'actuellement, ou on doit payer 20% de TVA chaque fois que l'on veut acheter quelque chose.

4) On me dit que si on met une taxe sur les transactions en Euros, les gens vont l'éviter en faisant du troc. Et bien, moi je dis TANT MIEUX! C'est une bonne chose de stimuler l'économie locale!

5) Certaines personnes regrettent sincèrement que ma proposition d'une taxe universelle ne soit pas progressif, car on aime bien taper sur les gens riches en imposant une taxe de 75% par exemple. Mais, l'important est de redistribuer l'argent, ce qui pourrait se faire en instaurant, par exemple, un revenu citoyen de base inconditionnel – beaucoup plus efficace.

6) Mais enfin, et c'est l'argument que l'on m'a sorti au Toulouse School of Economics, on me dit que ca ne marcherait jamais car les lobbys vont le bloquer. Et effet, les multinationales tirent un énorme avantage de l'actuel système. Et puis la Cité de Londres et Wall Street vont s'y opposer – pas parce que l'idée de payer 0.01% de taxe sur les transactions est en soi un problème – mais parce que ilsseront obligés de rendre transparent ce qu'ils sont en train de faire.

Mais, jusqu'à nouvel ordre, nous vivons dans une démocratie. Et, si tout le monde arrive à comprendre que nous avons tous intérêt de balancer intégralement le système de taxation que nous avons hérité, et de remplacer avec quelque chose plus simple, juste, rational et efficace, on peut tout changer.

J'espère vous avoir convaincu que ce changement est bien "an Idea worth Spreading"

Merci.

1 commentaire:

  1. eToro is the #1 forex broker for beginner and full-time traders.

    RépondreSupprimer